Pierre Jacquin, auteur du "Visionnaire du passé", récitant et, également, pianiste

contributeur: Pierre Jacquin, auteur - Georges Khomiakoff, photographe

La solitude est la condition première de la création artistique qui doit dresser un mur de silence contre l’extrême confusion livrée par les sensations immédiates, courantes, communes. Aucune création n’est en effet possible sans un retrait, un recul, une résolue et intangible prise de distance où solitude et silence ne sont plus qu’un. Nulle musique ne s’est jamais ébauchée au sein d’une foule, au sein de rumeurs. Il faut, comme Chopin, être sans réserve solitaire en ses moments d’intentionnalité et de réalisation créatrices, pour parvenir à entendre battre son cœur hors des précipitations de la vie ordinaire, pour parvenir, au sein de son intimité profonde, à faire surgir aspirations, espoirs et regrets en leurs pulsations internes, en leur vérité pure de toute anecdote, à l’abri du vacarme ou même seulement des chuchotements du monde.

 

Et c’est par une dure ascèse que pourront se profiler des mélodies uniques sans l’ombre d’un pareil, des cantilènes enfin orphelines dont la source jaillira du  seul cœur.